Questionnaires Lois du Jeu 21/22

Sur cette page, vous trouverez les questionnaires étudiés lors de nos différentes réunions mensuelles de la saison 2021-2022

retour page Accueil

Questionnaire du 7 février 2022

Malgré le report de la réunion du 7 février, un questionnaire a été envoyé aux adhérents.
Prenez connaissance du corrigé en ouvrant ce document.

Questionnaire du 6 décembre 2021

QUESTION 1 :

Un joueur blessé sort du terrain pour aller se faire soigner. Doit-il être sanctionné d'un avertissement s’il n’a pas demandé l'autorisation de l’arbitre pour quitter le terrain ?

Un joueur doit informer l'arbitre avant de quitter le terrain. Toutefois cette disposition ne s'applique pas pour la sortie d'un joueur blessé.

Néanmoins, si le joueur désire reprendre part au jeu, il ne pourrait le faire qu'après accord de l'arbitre.

 

QUESTION 2 :

Un défenseur commet une faute passible d’avertissement. L’arbitre accorde le coup franc réglementaire mais, avant qu’il ait pu notifier l’avertissement, l’attaquant victime de la faute joue le coup franc rapidement, conformément à la loi 13, pour un partenaire qui marque. Décisions et explications ?

L’IFAB dit : "Si l’équipe adverse joue rapidement le coup franc et se procure une occasion de but manifeste avant que l’arbitre ait pu commencer la procédure de signification de la sanction disciplinaire ; la sanction sera alors infligée au prochain arrêt de jeu".

 But accordé.

 L’arbitre devra délivrer la sanction disciplinaire avant le coup d’envoi.

 Coup d’envoi.

 

QUESTION 3 :

À la 57ème minute de jeu, l’attaquant n°11A entre dans la surface de réparation de l’équipe adverse. Le défenseur n°5B tacle l’attaquant au niveau de l’intersection de la surface de but et de la ligne de but dans le terrain. L’arbitre fait signe de jouer ou dit de la voix : "Jouez" ! Le ballon va directement en touche. L’arbitre va alors voir l’attaquant de l’équipe A et constate qu’il fait l’objet de blessures très graves. L’attaquant doit quitter le terrain définitivement tout en étant évacué à l’hôpital par les pompiers. Décisions et explications ?

L’arbitre, en disant "Jouez", ou en faisant signe de jouer, a signifié qu’il n’y avait pas de faute de la part du défenseur.

 Le jeu sera donc repris par la rentrée de touche correspondante et il n’y aura pas de sanction disciplinaire.

Toutefois, si l’arbitre pensait avoir commis une erreur, il pourrait revenir sur sa décision puisque le jeu n’a pas repris.

 Le joueur n°5B serait sanctionné d’une exclusion pour faute grossière.

 Le jeu serait alors repris par un penalty.

 Rapport.

 

QUESTION 4 :

Un joueur enlève son short après avoir marqué un but. Décisions ?

L’arbitre sanctionnera ce joueur d’un avertissement pour comportement antisportif.

De plus, s’il estime qu’il s’agit d’un geste obscène : le joueur fautif sera exclu pour gestes grossiers.

 

QUESTION 5 :

Ballon en jeu. Un remplaçant, qui s’échauffait derrière le but de son équipe, distrait par son attitude provocante (verbale ou non) un attaquant adverse. De ce fait, ce dernier perd le ballon au profit d’un défenseur de l’équipe du remplaçant. Décisions ?

 Arrêt du jeu.

 Avertissement au remplaçant pour comportement antisportif.

 Coup franc indirect sur la ligne de but à l’endroit le plus proche du remplaçant, sous réserve de la procédure de la Loi 13.

 

QUESTION 6 :

Le capitaine est exclu. Qui doit le remplacer ?

L’arbitre demande aux joueurs de l’équipe concernée de désigner un nouveau capitaine.

À défaut, l’arbitre désignera de lui-même ce nouveau capitaine.

 

QUESTION 7 :

Un joueur empêche volontairement, de la main, qu’un but soit marqué par l’équipe adverse. L’arbitre, qui a vu la faute, accorde le penalty qui s’impose mais n’arrive pas à identifier le véritable fautif. Décisions et explications ?

Dans la Loi 3, le paragraphe "capitaine de l’équipe" précise que celui-ci est, "dans une certaine mesure, responsable du comportement de son équipe". Dans cette situation, l’arbitre doit donc placer le capitaine face à ses responsabilités en lui demandant de désigner le partenaire fautif.

Il sera notamment informé qu’en cas de refus d’apporter son aide :

 Il sera tout d’abord averti pour comportement antisportif.

 S’il persiste à refuser d’apporter son aide, il recevra un second avertissement pour comportement antisportif. Il sera alors exclu pour avoir reçu deux avertissements. Nomination d’un nouveau capitaine.

 En tout état de cause, l’équipe du joueur fautif ne pourra reprendre le jeu qu’à 10.

 Rapport en cas d’exclusion.

Il sera fait application de ces mêmes dispositions par l’arbitre lorsque c’est l’arbitre assistant qui voit la faute mais ne peut pas identifier le joueur fautif.

 

QUESTION 8 :

L’arbitre n’arrive pas à identifier le coupable d’un acte de brutalité. Il s’adresse à son capitaine qui refuse de signaler le partenaire fautif. Le capitaine, qui persiste dans son refus, est d’abord averti puis exclu. Avant la reprise du jeu, le fautif se dénonce à l’arbitre. Décisions et explications ?

Le jeu n’ayant pas encore repris, l’arbitre exclura le vrai coupable et retirera l’exclusion infligée au capitaine.

Par contre, son comportement ne peut pas être totalement "blanchi". L’arbitre maintiendra le 1er avertissement pour le comportement antisportif. Ce dernier reprend donc sa place.

 

QUESTION 9 :

L’arbitre donne le coup d’envoi après avoir interdit la participation d’un joueur dont l’équipement n’est pas conforme à la Loi 4. Après un certain laps de temps, ce joueur, alors que le jeu se déroule au centre du terrain et qu’il attend pour faire vérifier la conformité de sa tenue, échange des coups avec une ou plusieurs personnes assises sur le banc de touche adverse (dirigeant, remplaçant, entraîneur …). Décisions ?

L’arbitre procèdera à l’exclusion du joueur en question et de la (ou des) personne(s) présente(s) sur le banc pour actes de brutalité. L’équipe à laquelle il appartient continue la partie à 10.

 L’arbitre ne sait pas qui a commencé: arrêt du jeu. Balle à terre à l’endroit où se trouvait le ballon au moment de l’arrêt, en faveur de l’équipe qui en avait la possession

 Le joueur est à l’origine des faits: sous réserve de l’avantage, arrêt du jeu. Coup franc direct pour l’équipe adverse sur la ligne de touche à l’endroit le plus proche de la victime.

 Une personne sur le banc est à l’origine des faits: sous réserve de l’avantage, arrêt du jeu. Coup franc direct pour l’équipe adverse sur la ligne de touche à l’endroit le plus proche de la victime.

 Rapport.

 

QUESTION 10 :

L’équipe B marque un but. L’équipe A exécute le coup d’envoi consécutif par son joueur n°10A qui, voyant le gardien de but avancé, frappe directement dans le but de l’équipe B. L’arbitre accorde le but. C’est alors que le capitaine de l’équipe B fait remarquer à l’arbitre qu’un de ses coéquipiers était resté à 20 ou 30 mètres dans le camp A au moment du coup d’envoi. Il lui dépose une réserve technique. Quelle sera la décision de l’arbitre et explications ?

L’arbitre, reconnaissant le fait immédiatement, applique les dispositions prévues par la loi 8 stipulant que lors d’un coup d’envoi, tous les joueurs (à l’exception du botteur) doivent se trouver dans leur propre moitié de terrain et qu’en cas d’infraction à cette procédure, celui-ci doit être recommencé.

En conséquence, l’arbitre décidera :

 But refusé.

 Coup d’envoi à recommencer.

Questionnaire du 6 décembre 2021

Retrouvez ci-dessous le questionnaire du 6 décembre en format PDF