Leçon d’arbitrage par Michel Vautrot

l'arbitre peut être un ami et non un loup. Avec un ami, on se comprend, on se confie, on s’aide.

Invité par la Saugette Sportive, Michel Vautrot, ancien arbitre international de football, a animé une conférence sur ce qu’il connait le mieux : l’arbitrage. Rencontre avec un monument.

 

L’arbitrage dans le foot aujourd’hui est-il différent d’il y a trente ans ?

L’arbitrage dans le foot actuel est difficile même si les notions de respect sont diffusées sur les terrains. En haut lieu, l’argent est omniprésent et la pression est très forte, justement à cause des enjeux financiers. Mais à la base, il y a des jeunes qui s’engagent et qui méritent le respect de la part des dirigeants et des supporters parfois excités. Et surtout, les clubs locaux doivent fournir des arbitres pour assurer leur maintien, ce qui passe par la formation.

 

Quelles sont les qualités requises ?

L’arbitre est un homme avant tout. Il a droit à l’erreur. Mais il est surtout le chef du jeu et doit appliquer les règles. Je dirais même les faire connaitre aux joueurs. C’est une école de la vie aussi. Il peut être un ami et non un loup. Avec un ami, on se comprend, on se confie, on s’aide.

 

Quels messages voulez-vous faire passer, fort de votre expérience ?

Ma vie dans le corps arbitral est un roman. J’ai eu la chance de parcourir le monde, rencontrer les plus grands footballeurs ou dirigeants. J’ai conduit des missions dans différents pays et je peux témoigner de moments forts avec les jeunes. Dernièrement, dans un camp de réfugiés en Jordanie, à la frontière de la Syrie en guerre, j’ai été marqué sur le plan humain par la volonté des jeunes qui cherchent, à travers le sport, une vie meilleure.

 

Extrait de l’Est Républicain du samedi 28 octobre 2018