13. sept., 2018

Il affirme être l'inventeur de la VAR et réclame 100 millions de dollars à la Fifa

La VAR ? "Du plagiat à 100%", explique Fernando Mendez Rivero, ingénieur bolivien, qui affirme avoir conçu et imaginé le système d'arbitrage par assistance vidéo.

Pour ou contre la VAR, le système d'arbitrage par assistance vidéo ?

Le débat a fait rage durant la Coupe du monde, et il se poursuivra encore longtemps. Pour Fernando Mendez Rivero, ingénieur bolivien de 63 ans, la réponse ne fait pas de doute : la VAR, c'est une bonne chose pour le football.

Logique, puisqu'il affirme avoir conçu et imaginé le système, selon un entretien réalisé par le quotidien argentin Olé et relayé par RMC.

Comment ? Pourquoi ? Parce qu'en 2004 l'homme avait été révolté par la défaite de son club fétiche, l'Oriente Petrolero, face aux rivaux de Blooming en 2004, sur un penalty qu'il estimait imaginaire. Il dit avoir alors travaillé sur la conception d'un système d'arbitrage vidéo pendant sept ou huit mois.

"Mon idée était d'installer six caméras sur le terrain. C'est assez pour tout couvrir : une caméra derrière le but, une sur chaque flanc, et la même chose sur l'autre moitié du terrain. Je prévoyais aussi d'utiliser un microphone et de revoir les images quand c'était nécessaire", explique l'ingénieur.

Le système imaginé, Fernando Mendez Rivero dit avoir déposé un brevet et envoyé son projet à la Fifa.

Il n'aurait reçu qu'une seule réponse évasive, avant de découvrir des années plus tard que la VAR, introduite à la Coupe du monde, reprenait ses idées.

L'homme veut être rémunéré pour son travail. Il estime que la Fifa lui doit 100 000 millions de dollars, vu l'utilisation qui a été faite de ce qu'il estime être son œuvre. Pour se faire entendre, il a même rencontré le président bolivien Evo Morales.

Est Republicain, 13/09/2018