10. déc., 2017

Clément Turpin entrevoit la Russie

L'arbitre français, qui vient de participer à un stage préparatoire pour le Mondial 2018 avec neuf autres arbitres européens, a visiblement la cote à la FIFA.

Les Bleus sont qualifiés pour la Coupe du monde et tout porte à croire qu'ils ne seront pas les seuls représentants français en Russie en juin. Après avoir participé à l'Euro 2016, Clément Turpin a désormais de très bonnes chances d'être retenu par la commission des arbitres de la FIFA, présidée par l'Italien Pierluigi Collina.
 
La semaine dernière, le Bourguignon a participé à un stage organisé par l'instance internationale à Abu Dhabi. Il réunissait les 36 meilleurs arbitres de la planète. Parmi eux, dix Européens, soit exactement le même contingent qu'au Brésil il y a quatre ans. Si la FIFA n'officialisera sa liste définitive qu'au mois de janvier, il est difficile de ne pas considérer la présence de Turpin (35 ans) dans la capitale des Émirats arabes unis comme une étape décisive sur le chemin de la Russie. Au mois d'avril, lors du dernier séminaire à Florence, ils étaient encore 61 à pouvoir espérer une place au prochain Mondial. Parmi les 20 Européens encore en lice à cette époque, Turpin ne faisait pas forcément figure de favori. Mais ses solides prestations tant à la Coupe du monde des moins de 17 ans, au mois d'octobre, qu'en Ligue des champions et surtout lors du barrage retour entre le Pérou et la Nouvelle-Zélande (2-0) dans l'ambiance électrique du stade National de Lima, le 15 novembre, ont sans doute pesé.

Vers un retour au premier plan de l'arbitrage français

A-t-il également profité des défaillances d'Ovidiu Hategan lors du barrage aller entre l'Irlande du Nord et la Suisse (0-1) ? Des huit sifflets désignés pour ces manches qualificatives allers-retours, le Roumain, qui avait accordé un penalty plus que généreux aux Suisses, est le seul à ne pas avoir été convié aux Émirats arabes unis. Mais d'autres ténors européens étaient également restés à la maison : l'Écossais William Collum, le Suédois Jonas Eriksson ou le Hongrois Viktor Kassaï.

À la FFF, que ce soit du côté de la Direction technique de l'arbitrage ou de la commission fédérale de l'arbitrage, personne ne souhaite se risquer au moindre commentaire avant que la FIFA livre son verdict. Dans une période où les arbitres de L1 sont à nouveau très critiqués, la probable convocation de Turpin est attendue. Elle sonnerait comme un soulagement et marquerait aussi le retour au premier rang, lent mais bien réel, de l'arbitrage français sur la scène internationale. Il y a quatre ans, Stéphane Lannoy, sifflet français n°1 à l'époque, avait suivi le tournoi brésilien depuis sa télévision. En juin, l'UEFA avait confié à Benoît Bastien la finale de l'Euro Espoirs. Ce mercredi soir, le Lorrain dirigera le décisif Chakhtior Donetsk - Manchester City en C1, tandis que Ruddy Buquet se rendra à Lviv pour une autre rencontre décisive, de Ligue Europa, entre Zorya Louhansk et Bilbao.