14. déc., 2016

Un penalty accordé grâce à la vidéo à la Coupe du monde des clubs, une première dans l'histoire de l

Premier arbitrage vidéo en compétition FIFA .... Mais déjà une polémique !

La Fédération internationale (Fifa) avait annoncé l'utilisation de l'assistance vidéo à l'arbitrage lors du Mondial des clubs, une grande première dans une compétition organisée par l'organisme directeur du football mondial. Ainsi, pour la première fois, un penalty a été accordé grâce à la vidéo dans un match officiel de haut niveau, lors de la rencontre entre l'Atlético Nacional et les Kashima Antlers, ce mercredi.

L'arbitre de la rencontre, Viktor Kassai a arrêté le jeu durant 30 secondes à la 29e minute, afin de voir plus distinctement un accrochage entre le défenseur de Kashima Daigo Nishi et l'attaquant de l'Atlélico Orlando Berrio. Il a finalement accordé un penalty à l'équipe japonaise. 

Pas de hors-jeu sur l'action qui mène au pénalty attribué après arbitrage vidéo

Mercredi, pour la première fois dans l'histoire d'un match organisé par la Fifa, la vidéo a été utilisée pour attribuer un penalty, dans la rencontre entre les Kashima Antlers et l'Atlético National (3-0). Sollicité par l'arbitre assistant vidéo (VAR), l'arbitre central, le Hongrois Viktor Kassai, a décidé de regarder les images sur le bord du terrain et pris sa décision dans la foulée. Une polémique a suivi car sur l'action, le joueur déséquilibré dans la surface était en position de hors-jeu au départ du ballon 

Mais voilà, comme le rappelle la Fifa, le joueur en question «n'a jamais été effectivement hors-jeu». Il l'aurait été s'il avait été «en mesure de contester le ballon à son adversaire». Or, avant de pouvoir le faire, il a été touché dans la surface. Et la faute du défenseur passe en premier dans la hiérarchie des décisions de l'arbitre. Ce que la Fifa appelle «la consigne de prudence concernant l'éventuelle position de hors-jeu» d'un joueur et qui s'applique depuis 2010.

Par ailleurs, «sur l'incident qui nous intéresse, la communication entre l'arbitre et l'arbitre assistant vidéo a été claire. La technologie a bien fonctionné et le dernier mot est revenu à l'arbitre, ce qui sera toujours le cas dans la mesure où les VAR ont pour unique fonction d'assister l'homme en noir», explique Massimo Busacca, directeur de l'arbitrage de la Fifa, sur le site officiel de l'instance internationale.

Cliquez sur ce lien pour voir la video Vidéo 14/12/16